Retour au sommaire

Des processus de contrôle modernes garantissent une qualité maximale

Contrôle de la qualité des outils

Essai d'extraction des conducteurs

Dans la pratique, des forces de traction s'exercent sur les points de sertissage pendant le câblage ou le fonctionnement. C'est pourquoi les connecteurs et les embouts sertis de manière professionnelle doivent offrir une sécurité mécanique élevée. Pour tester la charge de traction limite, le conducteur serti est soumis pendant maximum 60 secondes à une force de traction prédéfinie proportionnelle à la section et doit y résister. La force de traction permet de solliciter le conducteur au niveau du point de sertissage. Aucune détérioration du point de sertissage ne doit apparaître. Généralement, on applique ensuite la force de traction maximale jusqu'à la destruction de la liaison.

Description Langue État
Tableau Forces d'ouverture par section [PDF, 34 KB] anglais 25.03.2017

Etanchéité au gaz des liaisons serties

Vue longitudinale du sertissage  

Vue longitudinale du sertissage

On obtient une liaison sertie étanche aux gaz en respectant un processus de pressage défini. Les torons d'un ou plusieurs conducteurs et un connecteur sont raccordés pour créer une structure largement homogène sans interstices. Il en résulte une liaison fiable, durable et inséparable.

Vue transversale du sertissage  

Vue transversale du sertissage

Outre les caractéristiques mécaniques et électriques à vérifier de la liaison, l'examen optique de la zone sertie fournit des informations importantes sur la qualité de la liaison. Pour ce faire, des micrographies ou des images sont établies à l'aide d'un tomographe. On évalue ainsi la porosité, l'allongement de rupture et la déformation des différents torons.

Un sertissage correctement effectué assure une protection maximale contre les gaz de l'environnement industriel contenant du dioxyde de soufre, l'oxygène, les brouillards salins ou d'autres milieux corrosifs. Cela évite que, durant la liaison, des gaz entraînent une corrosion des différents torons et qu'il n'en résulte une détérioration des caractéristiques électriques.

Les liaisons serties des embouts ne sont pas directement comparables aux connecteurs et aux cosses. Il est donc nécessaire de les prendre en compte différemment. Les embouts sont utilisés comme protection anti-épissure des câbles en cuivre des classes 2, 5 et 6, sous forme de multi-fils, fils fins et fils extra-fins. La douille en cuivre des embouts présente une épaisseur de matériau de 0,15 mm à 0,45 mm. Elle est sensiblement plus fine que celle des cosses par ex. Si la douille en cuivre d'un embout d'une section de conducteur de 2,5 mm² présente une épaisseur de matériau de 0,3 mm, l'épaisseur de matériel d'une cosse de câble équivalente s'élève alors à 0,8 mm.

Micrographie  

Micrographie

Pour le sertissage des embouts, l'essai mécanique ainsi que le contrôle des dimensions de l'enveloppe sont décrits dans la norme DIN 46228 (partie 1-4) dès 2,5 mm² pour les câbles en cuivre de classe 5 selon la norme CEI 60228. Les caractéristiques électriques sont évaluées en liaison avec l'application ultérieure, par ex. au sein d'un bloc de jonction. Des zones de contact exemptes de corrosion sont indispensables pour obtenir des connexions performantes et à faible valeur ohmique, en particulier dans les environnements agressifs. Dans ce cas, il convient de veiller à la mise en place sûre de la liaison dans le point de connexion. L'influence des milieux agressifs au niveau du point de connexion fait l'objet de l'évaluation de la norme des blocs de jonction pour les conducteurs en cuivre. La chute de tension selon DIN EN 60947-7-1 avant et après l'essai ne doit pas dépasser une valeur de 3,2 mV par bloc de jonction ou 1,5 fois la valeur mesurée au début de l'essai. Lorsque l'éprouvette remplit les exigences après un essai de variation climatique-eau de condensation avec atmosphère contenant du dioxyde de souffre selon DIN 50018 (AHT 2,0 S), on suppose une liaison étanche au gaz. Cet essai comprend un stockage dans des conditions de variation climatique-eau de condensation avec modification de l'humidité de l'air de la température. Dans le premier palier d'essai, les éprouvettes sont exposées pendant 8 heures à une concentration en volume de SO2 de 0,67 %, à une température de +40 °C et à une humidité de l'air d'environ 100 %. Après cet essai, les éprouvettes sont séchées pendant 16 heures avec la porte ouverte. Ce cycle est effectué deux fois avant d'évaluer les éprouvettes.

Les outils de sertissage, les embouts et les connecteurs de Phoenix Contact permettent, s'ils sont utilisés correctement, d'obtenir aux points de contact une liaison durable et étanche au gaz. Les milieux agressifs ne l'affectent pas non plus.

Contrôles à 1 000 V selon EN 60900

Dispositif pour lessai de tension des outils manuels isolés selon DIN EN 60900  

Dispositif pour l'essai de tension des outils manuels isolés selon DIN EN 60900

Dans le cadre des réglementations strictes sur la sécurité pour les travaux sur des pièces sous tension jusqu'à 1 000 V AC et 1 500 V DC, l'outil doté d'une isolation selon VDE, joue, comme les mesures de sécurité générales, un rôle clé.

La norme internationale CEI 60900 définit des exigences maximales en matière d'outils isolés. Outre les indications géométriques et dimensionnelles, les caractéristiques des substances isolantes sont essentiellement définies. De vastes spécifications d'essai complètent la norme. Il convient ainsi par exemple d'évaluer via un examen visuel la nature de l'isolation et les inscriptions. Un essai de choc teste la résistance de la couche isolante aux chocs. Des ruptures, éclats ou fissures ne doivent pas apparaître même à basse température (en fonction de la catégorie -25 °C ou -40 °C). Après un test de pénétration (demi-sphère d'un diamètre de 5 mm), l'isolation est sollicitée par une charge de 20 N pendant 2 h à 70 °C. Après refroidissement, la zone testée ne doit présenter aucun claquage électrique, arc électrique ou décharge sous une tension de 5 kV (valeur effective) activée pendant une durée de 3 minutes.

Durant les contrôles de l'isolation, les outils préalablement conditions (immersion dans l'eau / stockage dans un local humide) sont soumis à un essai de tension. Une tension de 10 kV est appliquée pendant 3 minutes. Le courant de décharge doit être inférieur à 1 mA par longueur de 200 mm du revêtement de l'outil manuel.

Repérage dun outil VDE  

Repérage d'un outil VDE. La lettre « C » indique l'application possible en cas de températures basses.

Les autres essais se rapportent à l'adhérence du revêtement de la matière isolante, à la résistance aux substances chimiques des inscriptions ainsi qu'à l'inflammabilité. L'issue positive de l'essai de type d'un outil constitue la base permettant l'utilisation du logo VDE en association avec la norme CEI 60900. En outre, des contrôles réguliers des sites de production et des organismes de contrôle sont effectués par l'organisme d'homologation VDE compétent. Au cours de leur déroulement, des échantillonnages du produit sont notamment prélevés dans la production en cours et sont évalués. Le fabricant effectue déjà, durant la production, de nombreux essais qui garantissent le respect total des exigences de la norme CEI 60900. Le contrôle de la rigidité diélectrique constitue le dernier obstacle. Chaque outil est ainsi testé à 10000 V AC. Une fois le test réussi, l'outil peut être désigné comme un outil VDE et autorisé à la vente. Les outils de Phoenix Contact, isolés selon VDE et repérés en conséquence, offrent à l'utilisateur un niveau élevé de qualité et une sécurité maximale dans le cadre d'une utilisation sur des pièces sous tension jusqu'à 1 000 V AC et 1 500 V DC.


Retour au sommaire
Généralités
Découpe, dénudage, sertissage
Propriétés des matériaux et utilisation

PHOENIX CONTACT s.à r.l.

10a, op Bourmicht
L-8070 Bertrange
(+352) 45 02 35-1

Ce site utilise les cookies, en continuant à naviguer le site, vous acceptez notre politique des cookies. Lisez notre politique de confidentialité pour plus d'informations.

Fermer